Le Diana en 1903

Cet article est une synthèse de l’échange qu’il y a eu sur notre forum, entre Jean-Pierre Ledru et Paul Loukine sur le « Diana 1903 ».

Article mis en ligne le 17 juin 2009
dernière modification le 10 octobre 2019

Cet article est une synthèse de l’échange qu’il y a eu sur le forum du site, entre Jean-Pierre Ledru et Paul Loukine au sujet du « Diana 1903 ». Certains éléments de cet échange ont été fournis par les membres du forum Kortic (histoire de la Marine Russe) : Aden 13, Avtroil, Georg G-L, Kerbyol, sserguey x 100, Velbot-067, qu’ils en soient remerciés.

Le 23 juin 1903, le commandant cap-hornier Georges Ledru se rend à Kobé (Japon) où le commandant russe du Diana lui remet aimablement les cartes du Chili. Il devait revoir le « Diana » interné à Saïgon un mois de décembre.
L’échange sur le forum porte sur la recherche du nom du commandant du Diana qui lui a remis les cartes du Chili et essaie de faire le lien entre le Novik et le Diana.

Le commandant cap-hornier Georges Ledru écrivait dans son mémoire « « Ne possédant pas les cartes du Chili et dans l’impossibilité de m’en procurer à Kobé, c’est le Commandant du croiseur Russe »Diana« qui se trouvant en rade de Kobé, me proposa de me procurer les documents qui m’étaient nécessaires. Je devais retrouver ce croiseur 15 mois plus tard à Saïgon où il était interné… ».


Une carte d’invitation en sa possession, vient à l’appui de ces propos :
sur le recto, le NOVIK et mentionné en manuscrit : « Croiseur Russe »Novik« Kobé le 23 juin 1903. »


Sur le verso est écrit : « Kobé - 23 juin 190( ?) »Novik« Monsieur, venir à bord du croiseur pour choisir les cartes du Schili avec le bateau porteur de cette lettre. »

La photo du croiseur a été prise par le célèbre photographe Jean Geiser à Alger pendant le trajet du « Novik » vers le Pacifique. Sur commande des équipages des navires, Geiser fournissait des cartes postales, cartes de visite, papier à lettres avec la représentation des navires.
L’invitation a pu être écrite soit par le commandant, soit par le second.


 Le Diana

Le Diana fait partie de ces trois croiseurs à « pont blindé » avec Le Pallada et L’Avrora – célèbre pour avoir signalé le début du putsch Bolchéviste d’octobre 1917 en tirant au canon - construits à Saint-Petersbourg à la fin du 19ème siècle.

Le 17 octobre 1902, le croiseur Diana quitte Kronstadt et se rend en Extrême Orient où il est affecté, dans l’escadre commandée par l’amiral E. A. Shtakelberg. Le 8 avril 1903, le Diana arrive à Nagasaki, puis poursuit sa route jusqu’à Port-Arthur où il arrive avant l’attaque de la flotte japonaise du 26 avril 1904. Le Diana a été mis en réserve armée le 28 juin 1903 à Port-Arthur, il est donc matériellement possible qu’il ait été à Kobé le 23 juin de cette même année.

Le 10 juin 1904, l’escadre russe fait une tentative pour forcer le passage vers Vladivostok, tentative qui n’aboutit pas.

Le 28 juin 1904, nouvelle tentative ; s’ensuit une bataille navale dans la Mer Jaune. Le Diana est atteint par plusieurs obus et compte 5 morts et 20 blessés. Un des obus de gros calibre situé sous la ligne de flottaison n’a pas explosé. Des voies d’eau se déclarent et le Diana est fortement ralenti d’autant qu’il faut équilibrer le bateau en remplissant des ballasts.

Dans la nuit, le Diana est attaqué par 12 torpilleurs mais arrive à s’en tirer sans dégâts. Le matin du 29, le croiseur se retrouve distancé par l’escadre. Le commandant, le capitaine de vaisseau A. A. Liven, prend la décision de se rendre à Saigon pour réparer et y arrive le 12 août, après s’être arrêté dans deux ports pour charbonner. La France, bien que très amicale dans ce conflit vis à vis de la Russie, ne résiste pas à la pression diplomatique du Japon et interne le navire.

Le Diana sera désarmé sur ordre de l’amirauté russe le 22 août 1904.

 L’équipage

En ce qui concerne l’équipage, il existe une liste assez précise de l’équipage de 1904 au moment où le Diana était à Port-Arthur mais les changements furent nombreux et les dates des affectations ne sont pas précises. Il semble que « l’aimable commandant » ait été le capitaine de vaisseau V. K. Zalesski remplacé le 15 février 1904 par N. M. Ivanov, remplacé à son tour le 11 mai 1904 par le prince A. A. Liven. Le médecin de bord, Mikhail Lavrentievitch Banchtchikov a été muté du Diana le 1 novembre 1903, Il était donc très vraisemblablement à Nagasaki.

S’agissant du capitaine de vaisseau Zalesski : il a été affecté sur le croiseur Diana à partir de décembre 1899.

Les officiers suivants ont été affectés sur le Diana en 1902 jusqu’à au moins début 1904 :
- Prince Mikhail Tcherkassky, intendant.
- Piotr Paletski, lieutenant de vaisseau, responsable de la navigation puis, par la suite, second.
- Baron Ungern Stenberg, officier d’artillerie subalterne.

 Le Novik

Le 16 mai 1903, les croiseurs Askold et Novik se rendent à Vladivostok pour convoyer le ministre de la guerre, le général A. N. Kouropatkine et le 10 juin ils se rendent dans le port Japonais de Shimonoseki.

Le ministre et sa délégation continuent en train jusqu’à Tokyo et l’Askold et le Novik rejoignent Kobé. La mission rejoint les navires pour se rendre a Nagasaki, puis arrive à Port-Arthur le 30 juin. Le Novik pouvait donc bien être à Kobé le 23 juin 1903.

Ces informations ne règlent pas la relation Novik/Diana. Il semble que le Diana ait été mis a disposition de l’envoyé de la Russie à Séoul, A. I. Pavloff, pour le convoyer de Port Arthur à Tchemoulpo (Incheon) mi mai. A-t-il rejoint la délégation Russe à Kobé en juin ?

Par ailleurs il semble impossible de confondre les deux croiseurs qui ne se ressemblent vraiment pas. Le Novik a été sabordé le 20 aoùt 1904 puis renfloué le 29 juillet 1905 par les Japonais, il ne pouvait donc pas être à Saigon le 10 décembre 1904.

Sur la présence du Diana à Kobé, si les combats et autres événements de guerre sont décrits avec luxe de détails, le convoyage de missions diplomatiques ne l’est pas.