Eglise russe de Bizerte Saint-Alexandre-Nevski

La petite église russe de Bizerte

Article mis en ligne le 4 avril 2009 , modifié le 4 avril 2024 avec addition interview Anastasia Manstein , par Alain

Extraits d’une interview d’Anastasia Manstein-Chirinsky par Nikolay Sologubovsky (années 2000)

N.A. Sologubovsky est un auteur russe bien connu, publiciste, historien, directeur de la photographie, photographe. Il a écrit de nombreux livres sur la Tunisie et s’est beaucoup intéressé à l’escadre russe arrivé à Bizerte en 1920 et à l’histoire d’Anastasia Manstein-Chirinsky. Il était scénariste et caméraman du film documentaire “Anastasia”de Victor Lissakovitch , récompensé par de nombreux prix et diplômes à l’occasion de festivals russes, ukrainien ou français,  dont le scenario  est publié en russe sur   http://world.lib.ru/s/sologubowskij

Avec la pleine approbation du commandement naval français, un comité a été formé pour la construction d’une église memoriale à Bizerte.

Le comité comprenait le contre-amiral Vorozheikin, les capitaines de premier rang Hildebrant et Garshin, le capitaine de deuxième rang Rykov, le capitaine d’artillerie Ianouchievski et Alexandre Manstein. Le Comité a lancé un appel à tous les Russes pour qu’ils travaillent ensemble à la construction d’un monument à la mémoire de leurs navires sur la côte africaine. Tout le monde a participé à la collecte de dons : aussi bien les officiers et marins russes qui sont restés en Tunisie, que ceux qui étaient déjà partis pour d’autres pays, mais sont restés en contact avec Bizerte, la dernière escale de l’escadre russe.
En 1936, en réponse à une demande de l’Association des orthodoxes russes, le décret du Bey Ahmed Pacha tunisien a autorisé l’achat d’un terrain de 200 mètres carrés sur la rue de Nice à Bizerte pour la construction de l’église.

« Nous avons toujours trouvé de la compréhension de la part des musulmans tunisiens », dit Anastasia Alexandrovna. « La Tunisie est un pays tolérant, et personne ne nous a jamais dérangés pour prier ici.

Le 10 octobre 1937, la pose solennelle de la première pierre a eu lieu. Une icône du Sauveur et une boîte avec des terres russes y étaient enfermées .
« Bien sûr, tout d’abord, les émigrés ont donné pour la construction de l’église  », se souvient Anastasia Alexandrovna. – Mais les Français ont donné, et les Tunisiens aussi. Et tout a été fait avec leurs mains. Le projet de l’église a été préparé par l’architecte russe Kozmin.

La construction a commencé en 1937. Et en 1939, l’église a été achevée. Le voile sur les portes royales de l’iconostase était le drapeau de Saint-André cousu par les veuves et les épouses des marins. Des icônes et des ustensiles ont été pris dans les églises du navire, des douilles d’obus ont servi de chandeliers et les 33 navires qui ont quitté Sébastopol pour Bizerte ont été nommés sur un panneau de marbre.

…………………………..

En 1942, l’église a été endommagée par les bombardements. Et il y a eu un appel à l’aide au peuple russe du contre-amiral Tikhmenev , dans lequel l’espoir a été exprimé que « l’Eglise  servira de lieu de culte pour les générations russes futures ». Et dans le même temps, la collecte de fonds a commencé pour la construction d’une autre église orthodoxe, dans la capitale de la Tunisie.

Plaque commémorative avec les noms des 33 navires de l’escadre

“Vous savez, la plaque la plus chère est celle-ci, en marbre, sur laquelle figurent les noms des navires qui sont venus à Bizerte…
Les noms des navires, comme coulés au combat, sont alignés comme dans une campagne éternelle. Derrière chacun de ces noms se cachent les pages héroïques de l’histoire de la flotte russe…” Anastasia Manstein-Chirinsky

Anastasia Alexandrovna attire mon attention sur l’une des icônes.
– « La Cène », qui a été peint par Madame Chepega. Quand un métropolite est venu, je lui ai montré cette icône et lui ai dit : « Alexandra Ernestovna a peint la Cène ! » Et il a dit quelque chose comme « Léonard de Vinci, Léonard de Vinci a fait mieux ». J’ai répondu, peut-être pas d’une manière chrétienne : « Mais nous n’avons pas eu le temps d’attendre aussi longtemps. Nous devions prier à l’heure ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *